La masturbation masculine sans aucun tabou

La masturbation masculine sans aucun tabou

Temps de lecture : 7 min.

La promesse est claire. La masturbation masculine provoquerait, selon les croyances populaires, la cécité, les paumes poilues, l’impuissance, problèmes érectiles, rétrécissement du pénis, courbure du phallus, baisse du nombre de spermatozoïdes, l’infertilité, la maladie mentale ou une faiblesse physique. Qu’en est il réellement de cette pratique pourtant bien saine et utile au corps humain, qu’indifféremment femmes et hommes pratiquent en solo ou en couple  ?

Adolescents, tous les garçons ont entendu “se masturber, ça rend sourd” et ont piqué un fard devant la famille, car on parlait de sexe et de tabou.

Dans les faits, se masturber ne comporte absolument aucun risque ni physique ni psychologique. Au contraire même, se masturber demeure un excellent moyen de se détendre et de s’occuper, à tout âge, de soi-même, sans partenaire, en rupture avec le monde si rapide et anxiogène qui nous entoure. Une forme d’amour pour soi qu’on découvre à l’occasion de se masturber. Et de prendre du plaisir avec un orgasme.

Se masturber fait partie intégrante de la sexualité de l’homme. Cette pratique sexuelle ne devrait plus être un tabou, elle est une activité sexuelle comme une autre, dans un couple avec une femme ou avec un autre homme, ce qui compte c’est l’amour de son ou de sa partenaire, et de soi !

Bonne pour le corps

Quelque soit le nom qu’on lui donne, la pratique masturbatoire est un bienfait pour la santé. Que ce soit la masturbation pour homme ou pour femme d’ailleurs, elle peut se réaliser tout au long de la vie, au lit comme ailleurs.   C’est d’ailleurs sa première qualité, où qu’on se trouve, la pratique sexuelle de la masturbation est possible, il ne faut que les idées et l’endroit discret, à l’écart momentané du monde. Tous les humains se masturbent !

La branlette engendre la production d’endorphines par le cerveau. Ces « hormones du bien-être » favorisent le relâchement musculaire et transportent le corps dans un état de calme et d’apaisement, idéal au moment du coucher par exemple, car la détente et la rapidité d’endormissement sont bons pour la santé masculine comme féminine.

La masturbation entraîne le rythme cardiaque sans présenter de danger sur celui-ci (selon la FFC, l’accident cardiaque lors d’une activité sexuelle est de 0,19% chez les hommes et de 0,016% pour les femmes). Elle réduit le risque de contracter le cancer de la prostate (en éjaculant à une fréquence de plus de 21 fois par mois, les hommes âgés entre 20 et 29 ans on réduit de 19 % la survenue de ce cancer par rapport à un échantillon qui irait jusqu’à l’orgasme que 4 à 7 fois dans le mois).

Bonne pour l’esprit

Le plaisir solitaire permet de révéler son propre corps à son propre rythme pour y découvrir ce qu’on aime ou déteste. Cela aide à gérer l’éjaculation précoce et retire la pression du regard du partenaire sexuel.

Enfin, dernier avantage et non des moindres, une étude menée sur des adolescents âgés de 15 à 18 ans dans les années 90 montre que la masturbation entraîne une image positive de son corps et de soi. La masturbation propose d’aborder avec amour pour soi la relation qu’on pourra avoir, plus tard, dans une vie d’adulte, construite autour d’une sexualité mieux acceptée et dénuée de tabous.

Masturbation Homme

Bonne pour le couple aussi 

À deux, la masturbation représente un acte sexuel particulièrement excitant, l’image de l’autre s’accordant du plaisir étant toujours particulièrement excitante et met en place la confiance et le respect nécessaires dans le couple.

Celui ou celle qui se masturbe devant l’autre dévoile sa psycho à son partenaire. Il montre que son “cerveau sex” fonctionne et produit des images et, souvent, le partenaire de vie fait partie de cette vidéo personnelle. En sexo, on dit que le cerveau est le premier organe sexuel, c’est sans doute d’autant plus vrai qu’on livre, en couple, sa libido et son désir sexuel à l’autre et devant lui.

La méthode la plus courante de masturbation masculine est celle, presque naturelle, du mouvement de poignet, autour du sexe. La main (la sienne, celle d’un tiers ou celle d’une femme) est refermée autour du sexe et un mouvement plus ou moins rapide et maintenu aussi longtemps que nécessaire est réalisé, de haut en bas. 

Les zones érogènes

Comme pour les femmes, les seins, le ventre, le dos ou encore les épaules et le cou sont, chez l’homme, particulièrement sensibles et érotiques. Profitez de leur disponibilité illimitée pour découvrir de nouvelles manières de vous donner de l’excitation et du plaisir.

L’anus est lui aussi une zone particulièrement érogène. Au-delà de l’aspect tabou, il comporte un organe magique, la prostate. Située à une dizaine de centimètres de l’orifice anal, cette boule de la taille d’une noisette est extrêmement sensible à la stimulation digitale et nous conduit dans des vagues ininterrompues de plaisir très profondes. À tester sans modération, mais avec lubrification !

Augmenter la sensation tactile avec la crème de masturbation

Si la salive est un excellent lubrifiant disponible à profusion (et gratuitement), pour accroître la sensation du mouvement, utilisez une crème de masturbation. Elle procure une glisse et une douceur singulière sur le sexe. Elle ajoute l’humidité qu’on ressent dans un rapport vaginal. Certaines procurent des sensations alternatives. Chauffantes pour obtenir des sensations de pénétration, anesthésiantes (légèrement) pour retarder l’éjaculation, il faut en tester plusieurs pour découvrir celle qui vous permettra de prendre le plus de plaisir possible !

La masturbation cream de Swiss Navy combine ces spécificités. Elle est extrêmement voluptueuse, elle est légèrement chauffante et, surtout, assez épaisse pour demeurer utile longtemps sans éprouver l’impression de vider le tube à chaque utilisation !

Simuler la pénétration

La main ne constitue pas l’unique outil de branlette. Certains hommes aiment jouer avec des fessiers artificiels, des masturbateurs, des tiges d’urètre ou un vibromasseur anal. L’envie ici est d’aller stimuler l’imagination en simulant un rapport sexuel avec pénétration, sur soi ou sur un tiers. C’est une méthode particulièrement efficace pour les plus timides qui, dans la tranquillité de leur intimité pourront découvrir de nouvelles manières de faire, ici encore sans pression ni stress.

Le fessier masturbateur représente l’outil parfait pour ajouter de la réalité à la branlette. Fixé à un support (table, chaise …) il procure les sensations de pénétration longue et profonde, courte et rapide ou, encore, de masturbation sur le clitoris que beaucoup de femmes apprécient. Et, tout cela, chez soi en solo !

Le gland, votre allié

Généralement, la masturbation masculine ne se focalise que sur le mouvement de la main autour de la verge. Et le gland, à l’extrémité du pénis, est entièrement oublié. Ce clitoris pour les hommes constitue une zone sensible de choix. Stimulé avec les doigts – en douceur – pour commencer, il peut aussi recueillir les ondes d’un œuf vibrant, d’un vibromasseur ou de tout ce qui procure des vibrations (et croyez-nous, les choses qui vibrent ne manquent pas quand on en cherche).

Testez l’anneau de gland. Il va augmenter la durée de l’érection, ralentir la détumescence et retarder l’éjaculation. Esthétique, il confère un aspect accessoirisé que les fétichistes apprécieront.

Se servir de ce qu’on a à portée de main selon nos envies

La masturbation se pratique, d’une façon courante, en solo. Ainsi, c’est le moment opportun pour se forger sa propre sexualité, vivre ses propres fantasmes et ses propres envies dans sa façon d’atteindre l’orgasme. Ici, pas question de devoir expliquer à qui que ce soit que vous êtes excité à sniffer des sneakers, que vos désirs sexuels vous amènent vers le poppers ou à avoir un gode dans l’anus. Dans le lit comme ailleurs, aucune justification à ce que vous vous donniez du plaisir dans un sous-vêtements féminin, pour peu que vous ne les volez pas.

Ces pratiques, ces idées ou ces envies sexuelles sont toutes les vôtres, à tout âge. Elles sont à la fois respectables, licites et agréables, comme un orgasme !

La masturbation demeure un vaste et infini espace de liberté qui nous est offert. Usons et abusons de la masturbation … jusqu’à l’éjaculation !

0 Partages
Fermer le menu