Locktober : un mois de privation masculine en cage de chasteté !

Locktober : un mois de privation masculine en cage de chasteté !

Temps de lecture : 9 min.

Après l’été, il est grand temps de restaurer le contrôle sur le sexe de votre compagnon. Il aspire à du repos. Et même s’il n’en a pas besoin, sa sexualité masculine va obtenir un repos forcé. Sous le signe de la chasteté masculine. Durant le mois d’octobre, avec Locktober, le plaisir est interdit aux hommes, mais il est surtout empêché par le port d’une cage de chasteté ! Tradition récente dans le monde invisible de la soumission, Locktober est en passe de devenir un rite annuel de tous les adeptes du contrôle de l’orgasme et de la chasteté des hommes, en couple comme en solo ! Le principe est élémentaire ; un mois durant, à chaque nouvelle édition, les hommes vont devoir s’abstenir de tout orgasme. Le port de la cage de chasteté sera permanent et obligatoire du 1er du mois au soir d’Halloween.

  • Pas de plaisir, peu importe le contexte ! 
  • Pas d’orgasme, peu importe le moment !
  • Pas d’éjaculation, quelle que soit l’envie ! 

Votre Lovestore Jaloo vous accompagne dans cette privation tout au long du mois d’octobre :

– 20 % jusqu’au 31 octobre 2021 sur TOUTES les cages de chasteté !

Les chastity belts à l’Anglaise auront du succès tout au long de Locktober. Messieurs, contentons-nous de rester sages. Ce qui ajoute de la frustration à l’expérience de ce mois entier sans éjaculation, sans plaisir ni orgasme. Expérience gratuite mais potentiellement follement excitante, Locktober privera durant un mois, tout homme d’éjaculation ! 

Abstinence et plus encore

Le principe de Locktober est non seulement d’empêcher l’orgasme, mais surtout de l’interdire. Et pour cela, rien de mieux qu’une cage de chasteté qui bloquera le plaisir, pas le désir. La cage de chasteté permet, sur la durée d’obtenir obéissance et abstinence masculine sans nécessité de répéter d’ordre dans le couple. Et, en cas de tentative, de transformer l’érection en un moment suffisamment désagréable pour qu’un orgasme soit littéralement impossible. Les couples qui pratiquent la soumission masculine sont habitués de ces jeux de chasteté. Là, il ne s’agit pas d’une courte période. L’homme retrouvrera son droit au plaisir et à l’orgasme, à la fin du mois ! Plus d’accès à son sexe, juste pour faire sa toilette. Jamais pour le plaisir, l’orgasme ou l’éjaculation masculine.

Ajoutez de l’humiliation !

La clé entre les mains de l’autre, c’est avec humiliation que Monsieur devra solliciter de l’aide pour sa toilette. Au dominant de savoir s’il accepte ou non de le libérer. Pourquoi ne pas le libérer tout en lui demandant de se laver le sexe devant vous ? Aucun risque, alors, qu’il obtienne le moindre plaisir, Locktober demeurera non seulement le mois du verrou, mais aussi celui du contrôle. Les adeptes des jeux d’humiliation apprécieront cette toilette forcée ! Pourquoi ne pas en profiter pour réaliser une vidéo de vos aventures de ce mois ? Depuis la pose jusqu’au retrait et l’orgasme qui arrivera en novembre, filmez et mettez en scène des vidéos de sexe. Les semaines de retenue d’orgasme représenteront des souvenirs … Excitants pour recommencer locktober l’année prochaine ! Chaque jour, une page inédite, et chaque matin, une nouvelle séance, une nouvelle vidéo et un nouveau souvenir.

Quelle cage choisir ?

Pour une telle durée, il est incontestable que la cage de chasteté retenue devra répondre à plusieurs impératifs, : 

  • Réelle privation de plaisir
  • Verrouillage avec une clé efficace 
  • Discrétion
  • Confort et sécurité

Impossible de faire passer un mois entier à votre partenaire de couple s’il se blesse avec une cage de qualité médiocre. Et inutile de le priver de plaisir s’il peut ôter l’accessoire qui l’empêchera d’éprouver un orgasme ! 

Deux modèles nous semblent adaptés à cette privation de plaisir au long terme. Sans risque d’orgasme ou de tentation bien masculine de retirer la cage de chasteté durant Locktober.

Chromée, El Castita est à la fois élégante, fiable et sécurisée. Sa taille restreinte empêchera une érection, première nécessité masculine mécanique pour éprouver du plaisir. Son aspect brillant et assez lourd ne permettra pas de l’oublier. Enfin, elle se verrouille en sécurité avec un vrai cadenas à clé ou à code, que seul l’autre partie connaîtra. Aucune possibilité pour l’homme porteur de prendre ou même d’imaginer se procurer du plaisir, il n’y parviendra pas. 

Si elle est moins discrète, la cage de chasteté Black Line est bien plus frustrante, car elle n’empêche pas l’érection. La finesse des mailles empêchera de frôler le sexe et d’obtenir le moindre semblant d’orgasme ou même le début de plaisir. Autant dire que les moments d’érection masculine sans aucun plaisir seront légion durant ce mois de locktober. L’homme encagé devra apprendre l’obéissance et la soumission à la lettre avec cette cage de chasteté !  

Témoignage de participants au Locktober

“Les habitués de jeux de domination et de soumission le savent bien, le contrôle d’orgasme et la chasteté masculine sont les piliers de la prise de pouvoir.”  C’est ce que nous expliquent Laure et Axel (leurs prénoms ont été changés), qui participent à ce défi depuis 2019 maintenant. Laure soumet son mari depuis une dizaine d’années. Très tôt, dans leur relation, le contrôle des organes génitaux d’Axel a été restreint.

Laure nous explique “Il voulait pouvoir se masturber à sa guise et prendre du plaisir. Je connais son appétit sexuel et je sais que la frustration peut produire des résultats particulièrement convaincants. Je ne lui en ai pas parlé immédiatement, j’ai fait en sorte que s’immisce cette envie non assouvie de sexe dans nos jeux. Il a toujours eu une tendance soumis. J’ai commencé en lui interdisant de se masturber pendant 2 jours d’affilée, puis on a augmenté, petit à petit.” 

Les sensations d’Axel n’ont pas été longues à arriver. C’est ce qu’il explique après avoir reçu la permission de parler de la part de sa femme dominatrice. “Après 3 ou 4 mois, un soir, je rentre du travail et je trouve un paquet sur la table. Je demande ce dont il s’agit à Laure qui me répond d’attendre après le repas. C’est ainsi que j’ai eu ma première cage de chasteté et que j’ai passé une semaine entière avec.” 

Il continue sur ses sensations. “Le plus frustrant c’est de sentir qu’on est en érection et que, quoi qu’on fasse, le plaisir ne sera pas au rendez-vous. J’ai tenté plein de choses. Mais le modèle à mailles très fines que Laure m’a offert est super efficace, je ne sens rien du tout !” Au moment de Locktober, évidemment, les choses se corsent. Laure nous explique que la première année, elle n’a pas exposé ses intentions à son soumis dès le début du mois. “Je voulais qu’il apprenne la patience” explique-t-elle. C’est donc en pensant une semaine qu’Axel s’est retrouvé avec le sexe dans une cage de chasteté pendant un peu plus d’un mois.

“Vers le 12 ou 13 octobre, j’ai demandé à Laure si elle pouvait retirer la cage, car je sentais bien que la tension montait. Elle m’a répondu simplement que je devrais patienter au moins jusqu’à la fin du mois et que ce serait ainsi chaque année, pendant le mois d’octobre. Je crois que c’est la première fois que j’entendais parler de locktober pour tout dire.”  explique Axel.

Locktober : un quotidien bouleversé

Axel, pourtant habitué de la masturbation – devant des sites de vidéo porno le plus souvent – devait se retenir, en permanence, de prendre du plaisir. “Cette chasteté, si elle fait partie du jeu, est pesante à la longue” se plaint Axel devant sa Maîtresse, qui sourit de cette plainte, d’ailleurs. Elle lui répond en écho “Cette absence de ton plaisir, c’est parce que tu ne mérites pas de te toucher, tu le sais très bien. Il n’y a pas de raison qu’on y déroge. Cette année, de nouveau, tu vas vivre une nouvelle édition de Locktober et tu resteras un mois entier avec ta cage, sans orgasme ni possibilité d’avoir de plaisir !”. La conclusion est sans appel.

Comment Axel gère-t-il la confidentialité du port de cette cage pendant un mois entier tout en allant au travail, chez le médecin ou en se rendant dans sa famille, à Paris ? 

Il nous explique “Il faut prévoir, c’est le plus compliqué. Je sais que je n’aurais aucune éjaculation pendant un mois et que je devrais, aussi, faire un peu plus attention pour ma toilette. La chose qui m’effraie le plus, en fait, c’est d’avoir un accident et d’être contraint de me retrouver nu à la vue d’une personne qui ne connaitraît pas cette expérience. “Cette personne ne fera pas partie de mon couple, ce n’est pas ma mistress (c’est ainsi qu’Axel appelle Laure lors de leurs séances de jeux BDSM). La vue de mon sexe dans une cage pourrait être interprétée comme un mauvais traitement. Je ne voudrais pas qu’en retour d’un problème de santé la confidentialité soit rompue entre Laure et moi. ”

A propos de confidentialité, Axel croit-il avoir déjà été remarqué ? “Je ne fais pas de publicité de mon état. Je mise sur la discrétion. Mais, pendant des semaines, il faut que je reste prudent, surtout lorsque je vais au sport. Exceptionnellement, en octobre chaque année, je ne prends pas de douche hors de la maison, encore moins dans le vestiaire, car ce sont des douches collectives. Je n’aurais pas d’autre choix que de devoir m’afficher avec la cage et expliquer la situation. Je ne veux pas que des informations privées à propos des jeux que nous entretenons mistress et moi dans le sexe  soient publiques” conclut le soumis.

En guise de conclusion, Laure – pardon, Mistress – nous montre la clé du cadenas de la cage de chasteté que porte Axel. Lorsque je lui autorise l’éjaculation, il utilise son expérience de mec pour faire en sorte que j’ai du plaisir !” termine la dominatrice.

Prochaine éjaculation pour Axel ?  “Pas avant le week-end de la Toussaint” conclut Laure.

0 Partages
Fermer le menu